GSY REVIEW | PC, PS4 Mardi 4 août 2020 | 17:10

GSY Review : Le Revolution Pro Controller 3

GSY Review : Le Revolution Pro Controller 3

On profite du calme estival de cette première quinzaine d’août pour vous parler d’un accessoire Playstation 4 que l’on doit à Nacon, ex Big Ben Interactive. Si vous vous demandez si les manettes vendues autour de 100€ méritent votre attention alors que Sony se refuse toujours à proposer son propre pad pro, ce petit moment de lecture est fait pour vous. Sinon, vous pouvez reprendre une activité normale.

Elite pad ?

Tester du matériel est toujours un exercice difficile et si nous l’avons fait à quelques reprises sur Gamersyde, ce fut toujours avec les plus grandes précautions et une approche résolument tournée vers le consommateur lambda. Volant, casque ou manettes ont parfois eu droit à un petit coup de projecteur sur le site, mais nous ne nous sommes jamais risqués à nous lancer dans des tests de matériel trop pointu, de façon à nous assurer un contenu à la hauteur de nos connaissances et de vos attentes. Il y a quelques mois, Nacon nous a proposé de nous essayer à un pad aux ambitions claires, proposer aux joueurs PS4 un contrôleur offrant des options de personnalisation visant à venir titiller le modèle d’ergonomie qu’est la version Elite de la manette Xbox One, le tout pour un prix un peu plus modique (99€ tout de même). Ayant déjà eu l’occasion de prendre en main le Nacon Alpha Pad GC 400ES il y a (déjà) 6 ans, nous nous sommes dit “Pourquoi pas !” Sans surprises avec une manette dans cette gamme de prix, le packaging s’avère très soigné, jusque dans la boîte elle-même, très agréable au toucher. L’intérieur du carton dévoile une petite documentation papier ainsi que la mallette qui renferme évidemment le fameux pad. Une fois ouverte, on y découvre le Revolution Pro Controller 3 confortablement installé dans son compartiment de rangement, le câble USB-C de 3 mètres nécessaire pour le connecter à la console (ou au PC) et une petite boîte cartonnée dans laquelle on trouve 6 poids (de 10, 14 et 16 grammes) qui vont permettre de lester la manette à sa convenance. Enfin, Nacon a été jusqu’à ajouter un chiffon microfibre de couleur grise pour que les plus maniaques d’entre vous puissent effacer toutes les traces laissées par leurs doigts après chaque utilisation.

Ergocentrique

Côté prise en main, deux choses sautent assez rapidement aux yeux. Tout d’abord, le placement des deux sticks analogiques est asymétrique, calqué sur celui des manettes Xbox. Ce n’est pas une révolution (ahah) en soi, le modèle de 2014 que nous avions testé le proposant déjà, mais pour l’habitué de la DualShock 4, il ne s’agit pas d’un choix anodin. Loin de nous l’idée de trancher entre les deux configurations, mais il est évident que cela pourrait être un argument de choix pour les joueurs qui n’adhèrent pas au design de la manette officielle de Sony. Deuxième différence majeure avec cette dernière, les mensurations du Revolution Pro Controller 3 sont nettement plus proches de celles des manettes de la gamme Xbox, même si sa forme lui est propre. Les deux sticks analogiques concaves sont légèrement plus hauts que ceux de la concurrence, avec une tige en métal qui vise à limiter les frottements en butée et, comme sur le GC 400ES, ils disposent d’une amplitude de 46 degrés supérieure à celle des manettes officielles (limitées à 38). Tout cela les rend très précis et agréables à l’usage, quel que soit le type de jeu essayé. On ira même plus loin, même si les convaincus de la DualShock 4 ne seront pas forcément du même avis, nous les trouvons un brin supérieurs à ceux du pad officiel de la PS4, d’autant qu’il est possible d’affiner leur réglage via le logiciel fourni par Nacon sur leur site. Ce dernier a beau ne pas être très facile d’utilisation, il donne néanmoins la possibilité de modifier leur sensibilité, leur précision et même leur plage de zone morte. Un atout indéniable par rapport à un pad officiel, surtout que le Revolution Pro Controller 3 permet de sauvegarder jusqu’à 4 profils sur la manette en fonction des besoins. La croix directionnelle prend la forme d’une… croix, et bien qu’un peu molle, elle nous a semblé très efficace, aussi bien pour naviguer dans les menus que pour déclencher des coups spéciaux dans les jeux de baston. D’autres confrères ont loué son efficacité, ce qui nous conforte dans nos impressions.

Plus critiquable, le choix d’opter pour une connexion filaire ne sera pas du goût de tous, surtout que le modèle au dessus (le Revolution Unlimited Pro Controller) est bien sans fil, mais la longueur du câble généreuse permet une utilisation sans réelles contraintes. Les mauvaises langues diront même que vu la faible autonomie de la DualShock 4, les joueurs PS4 sont déjà bien habitués à jouer branchés. Les boutons L1 et R1 seront probablement aussi un point de discorde, la faute au clic que leur pression cause. Information prise auprès de Nacon, il s’agit d’interrupteurs Omron (fabricant connu pour ses souris d’ordinateur par exemple), mais nous émettons quelques doutes sur leur intérêt sur de tels boutons (voire sur leur solidité sur le long terme). Les gâchettes quant à elles sont assez précises, mais leur feeling se veut assez différent de celles de la DualShock 4, à cause notamment de frottements supplémentaires qui se font sentir quand on les actionne. Rien de grave cependant, elles remplissent tout à fait leur office et ne nous ont pas posé de problèmes d’adaptation particuliers. Les touches de façade (cercle, carré, croix et triangle) sont légèrement plus grandes que sur le pad officiel, ce qui permet en théorie de gagner un peu de temps quand on veut passer de l’un à l’autre, même si nous ne l’avons pas forcément remarqué dans le feu de l’action. Leur toucher n’est pas désagréable, mais on leur préfère celui de la manette de Sony. Pad pro oblige, des boutons supplémentaires sont aussi placés à l’intérieur des deux poignées, mais leur position n’a rien de très pratique et le fait qu’ils se fondent totalement dans la manette les rend aussi difficiles à ressentir. Très clairement, le choix de palettes aurait été plus judicieux, même si celles-ci demandent un peu de pratique avant de pouvoir être utilisées naturellement. Le Revolution Pro Controller 3 dispose évidemment d’un pavé tactile, de la touche Playstation (concave par contre), mais il ne s'embarrasse ni du haut parleur (on s’en remettra tant la fonction reste gadget), ni de la barre lumineuse (pourtant parfois requise dans certains jeux).

Mon nom est personnalisation

Tous les possesseurs de manettes dites pros vous le diront, au delà de la bonne qualité des matériaux utilisés pour la confection de l’objet lui-même, c’est leur grande malléabilité qui fait leur force. Grâce à diverses options de réglages (physiques ou logiciels), ces pads offrent à l’utilisateur la possibilité de les personnaliser en fonction de ses goûts ou de ses besoins. Le Revolution Pro Controller 3 ne va malheureusement pas aussi loin que le Revolution Ultimate Pro Controller ou la version Elite de la manette Xbox One. Ainsi, il n’existe aucun moyen d’interchanger le type de sticks ou de croix directionnelle, ce qui en décevra un grand nombre. Il est néanmoins possible d’influer sur le poids du contrôleur en ajoutant du leste dans les poignées, dans les deux compartiments prévus à cet effet. De base, le Revolution Pro Controller 3 est pourtant déjà assez lourd, puisqu’il pèse environ 235 grammes (contre 218 pour la DualShock 4), mais en associant les 6 petites masses métalliques incluses (2x10, 2x14 et 2x16), on peut augmenter son poids de 32 grammes maximum. Avec un tel système, il aurait peut-être été plus judicieux de proposer un pad plus léger que l’officiel par défaut, de manière à donner une latitude plus grande à l’utilisateur, mais ceux qui aiment ressentir la lourdeur d’une manette en jouant vont être servis. De notre côté, nous avons apprécié cette option mais tout le monde ne sera pas obligatoirement d’accord avec nous.

Enfin, comme nous l’évoquions plus haut, Nacon met à disposition des acheteurs un logiciel complet permettant de faire des modifications diverses aux réglages “internes” de la manette. Nous avons déjà mentionné ce qui peut être fait pour personnaliser l’utilisation des sticks analogiques, mais il est bien évidemment aussi possible de paramétrer la course des gâchettes et leur zone morte, la fonction de chaque bouton, la puissance des vibrations (attention, elles en ont sous le capot quand on les pousse dans leurs derniers retranchements), mais aussi les effets lumineux du pad (couleur de l’anneau autour du stick droit). Il est bien évident que ce genre de réglages s’adresse avant tout aux joueurs professionnels, ou du moins assez expérimentés, car on imagine assez peu un utilisateur lambda se risquer à tout modifier. D’autant que le logiciel, bien qu’un peu plus ergonomique que les précédents, reste assez complexe à appréhender au départ. Nacon a beau permettre de tester ses réglages sans quitter le programme, difficile de s’y retrouver complètement quand on est un parfait néophyte. Quatre profils de manette sont proposés par défaut (Neutre, FPS, FPS-pro et arcade) mais il est possible d’en enregistrer autant qu’on le désire. Attention toutefois, comme nous l’avons déjà précisé, seuls 4 profils peuvent être chargés en même temps sur la manette, les 4 diodes situées en façade se chargeant de préciser lequel est actif. Notez que, comme pour les casques haut de gamme, les utilisateurs peuvent partager leurs réglages via le logiciel fourni.

Verdict


Clairement pas au niveau de finition et de précision d’un pad Elite chez Xbox, le Revolution Pro Controller 3 de Nacon reste une manette agréable à prendre en main dont la précision des sticks analogiques pourra faire pencher la balance en sa faveur. Il est en revanche dommage d’avoir opté pour de simples boutons pour remplacer les palettes, d’autant que leur placement est loin d’être idéal pour une utilisation naturelle. Les possibilités de paramétrages via le logiciel dédié et une excellente chose, mais l’absence d’accessoires pour personnaliser la manette se fait sentir. Seule la présence de 6 poids permet réellement d’influer sur la prise en main, là où un pad Elite propose de modifier le type de croix directionnelle ou même les sticks eux-mêmes. Bien sûr, Nacon offre également ce genre de services avec leur Revolution Unlimited Pro Controller sorti en 2019, mais il est tout de même 40€ plus cher, ce qui n’est pas rien. Le Revolution Pro Controller 3 offre alors une alternative crédible pour les joueurs désirant un produit de bonne qualité qui rechignent à dépenser plus de 100€. Pour sa finition globale et les améliorations qu’il apporte par rapport à la version précédente, voilà donc un contrôleur qui possède les moyens de s’imposer auprès de certains joueurs. Au final cependant, ce qui ne rend pas cette manette aussi indispensable qu’elle ne pourrait être, c’est essentiellement le fait qu’elle ne surpasse pas en tous points le modèle de base vendu par Sony qui, bien qu’un peu plus petite, ne propose pas un confort moindre, et a le mérite d’être sans fil (même si la batterie de la DualShock 4 reste scandaleusement limitée). A moins de vouloir être en mesure de régler la sensibilité de ses sticks, ou d’être sensible à sa forme et sa taille, proches d’un contrôleur Xbox One, il n’y a pas vraiment de raisons de craquer sur ce modèle, surtout quelques mois à peine avant l’arrivée de la PS5 et de sa DualSense.
  • Les plus
  • Bonne prise en main
  • Sticks agréables et précis
  • Finition soignée
  • Possibilité de lester la manette
  • Les options de réglages logiciels
  • Stick asymétriques
  • Compatible PC/PS4
  • Vibrations configurables
  • Bonne longueur de câble USB-C
  • Les moins
  • Pad filaire uniquement
  • Les boutons qui remplacent les palettes peu accessibles
  • Logiciel de configuration complexe de prime abord
  • La DualShock 4 moins chère et globalement meilleure

Tous les commentaires

Commentaire du 04/08/2020 à 17:29:15
Un pad qui reprend les bonnes idées des pads Microsoft ne peut être que meilleur que le pad d'origine ;p (meme si j'admets qu'avec la PS4, la dualshock a fait de beaux progres)
Commentaire du 04/08/2020 à 17:33:16 En réponse à Onirik
Haha, il fallait bien ça pour te faire sortir de ton antre et poster. :D
Commentaire du 04/08/2020 à 17:45:50 En réponse à Driftwood
Ouais je me suis dit que ca faisait longtemps que j'avais posté un petit troll :)
Je poste plus beaucoup mais je passe toujours quotidiennement ;)
Commentaire du 04/08/2020 à 17:47:19 En réponse à Onirik
C'est gentil de ne pas nous oublier !
Commentaire du 04/08/2020 à 21:46:12
Donc si je veux jouer avec le psnow sur un pc avec ce pad ca fonctionnerait?
Commentaire du 04/08/2020 à 21:48:40 En réponse à face2papalocust
Je ne sais pas mais ça te coûterait plus cher qu'un DualShock 4. 
Commentaire du 04/08/2020 à 21:50:07
À priori seules les manettes officielles sont compatibles.
Commentaire du 04/08/2020 à 22:46:17 En réponse à Driftwood
Ah ok merci Drift.
Commentaire du 06/08/2020 à 11:40:48 En réponse à face2papalocust
Il y a apparemment un émulateur qui permet de jouer avec d'autres pad que les pads Sony sur le PS Now, notamment le xbox controller. En tout cas je suis surpris j'aurais pas pensé qu'il aurait imposé le DS4 sur PC pour le PS Now.

Quoi de neuf ?
  • Tigris
    Tigris Tu peux me donner un lien s'il te plaît ? (il y a 3 minutes)
  • eskyves
    eskyves @Tigris: ce sont les chiffres des bilans microsoft...surement pas fiable puisque selon ton analyse ils perdent des fortunes (il y a 3 minutes)
  • Tigris
    Tigris @eskyves: source ? (il y a 5 minutes)
  • eskyves
    eskyves Faut pas croire que les types lachent 7.5 milliards sur un truc ou ils perdent des ronds ce sont pas des billes (il y a 5 minutes)
  • Tigris
    Tigris @eskyves: Si on analyse la période 2005/2012 MS est au mieux à l'équilibre. Des résultats sûrement très éloignés des ambitions de départ. (il y a 5 minutes)
  • eskyves
    eskyves MS est loin derriere sony sur les chiffres de ventes consoles mais ils gagne de l'argent en masse (il y a 6 minutes)
  • eskyves
    eskyves @Tigris: mais non ils gagnent de l'argent meme avec la xbox one : Le jeu vidéo a rapporté sur 2018 11,5 milliards de dollars à l’entreprise, pour une progression de 23% sur 2017. (il y a 7 minutes)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer